Séminaire sur la recherche à l'Université des Comores


Séminaire sur la recherche à l'Université des Comores

Extrait du discours du président


Le projet de l’Université à l’horizon 2015 est arrivé à échéance. C’est donc le moment de procéder à des bilans, des autos - évaluations, à des évaluations externes portant sur les actions menées par l’Université depuis la mise en place de ce plan.

Ces exercices doivent impulser le processus qui doit nous aider à formuler le nouveau projet de l’Université à l’horizon 2021. 

Comme l’a bien formulé, l’argumentaire de ce séminaire : « La recherche est une mission fondamentale de toute université. Elle fait partie avec l’enseignement des engagements contractuels pris par l’enseignant- chercheur pour exercer son métier.»

Vous comprenez donc, pourquoi- dès ma prise de fonction- j’ai divulgué en note interne, la lettre de mission qui nous engage tous, à exercer notre métier avec les obligations qui nous incombent.
C’est pourquoi, je vous demande d’analyser ce plan pour en tirer des recommandations dans ce domaine. Ces recommandations seront essentielles pour le prochain projet d’établissement que nous devons construire ensemble. Je disais donc, que la Recherche à l’Université se trouve actuellement à niveau de balbutiement. En effet, cette recherche se fait à l’initiative d’individus de manière volontariste. Les quelques structures existantes, achevées ou en construction illustrent cet avis.
Elle se fait aussi au gré de la demande extérieure.
En effet, et je l’affirme très souvent, les publications qui paraissent dans des revues et ouvrages à l’international, les communications que nous présentons lors de colloques à l’extérieur, participent certainement au rayonnement de notre université. 

Elles contribuent aussi à la reconnaissance personnelle du chercheur. 
Mais, elles ne contribuent pas- comme il le devrait-au renforcement de notre capacité interne à structurer, organiser une recherche universitaire, et à valoriser les travaux issues de cette recherche. 

C’est un paradoxe qu’il nous faut relever et notre réflexion de ces 2 journées se doit de trouver les solutions les plus adaptées pour bâtir une politique cohérente de recherche et de structuration de la recherche. Celle-ci aura à tenir compte des orientations nationales et des orientations qu’il nous faut, à partir de ce séminaire, commencer à formuler.

Ainsi, l’achèvement du processus LMD adopté depuis 2004 constitue une urgence. Sans achèvement de ce processus, notre politique dans la thématique qui nous réunit aujourd’hui sera difficile à mettre œuvre.

//